Impact d’une concertation entre médecin coordonnateur et médecin traitant sur l’optimisation de la prescription médicamenteuse de la personne entrant en EHPAD et la diminution des hospitalisations (OPTIM EHPAD)

Résumé de soumission

Contexte : En EHPAD, les résidents ont en moyenne 7 à 8 traitements avec un défaut d’optimisation des prescriptions, 50 à 70% des résidents ayant au moins une prescription inappropriée. Ce défaut d’optimisation est associé à une augmentation des évènements indésirables médicamenteux, des hospitalisations et de la mortalité. L’entrée en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) constitue l’opportunité d’une concertation entre le médecin coordonnateur de l’EHPAD (MCO) et le médecin traitant (MT) sur la prescription médicamenteuse. Les études montrent qu’il est nécessaire d’apporter des outils d’aide à l’optimisation des prescriptions.

 

Objectifs : L’objectif principal est d’évaluer l’impact d’une intervention visant à inciter et faciliter l’optimisation de la prise en charge médicamenteuse de la personne entrant en EHPAD, fondé sur une décision à l’issue d’une concertation entre le MT et le MCO, aidée d’un outil développé spécifiquement (outil OPTIM-EHPAD), sur le nombre de journées d’hospitalisation toute cause par résident dans les 6 mois suivant l’entrée en EHPAD.
Les objectifs secondaires sont d’évaluer l’impact de l’intervention sur les passages aux urgences et sur les alertes iatrogéniques, et de décrire les modalités d’implémentation de l’intervention.
Nous évaluerons également les facteurs, en particulier de type organisationnel, qui facilitent ou qui freinent l’appropriation d’OPTIM EHPAD par les acteurs. Il s’agit également d’apprécier des conditions de la transposabilité d’OPTIM EHPAD et d’apporter des éléments de compréhension généraux sur les difficultés rencontrées par les acteurs en matière de coordination de la prise en charge.

 

Méthodes : Type d’étude :
Etude interventionnelle, randomisée en clusters, de type stepped wedge, un cluster comprenant plusieurs EHPAD. Les résidents seront inclus à leur entrée en EHPAD. Le nombre de sujets à inclure est de 2 000 résidants, soit 4 clusters de 25 MCO (4 patients par MCO par trimestre). Le suivi du résident sera longitudinal, à partir de la date d’inclusion et pendant les 6 mois suivant son entrée, ou à défaut jusqu’à sa date de sortie définitive d’EHPAD ou son décès.
Une étude qualitative sera conduite, par entretiens et questionnaires, auprès des MCO, des MT, des infirmiers, des directeurs d’EHPAD, des familles et des résidents.
Intervention :
L’intervention d’optimisation de la prescription comprendra une concertation entre le MCO d’EHPAD et le MT, à l’aide d’un outil d’optimisation de la prescription comme support structurant de la révision des traitements lors de la concertation.
Source des données :
Les données seront issues des dossiers médicaux des résidents et de la base du Système national des données de santé (SNDS) (pour les hospitalisations et les consommations médicamenteuses).

 

Perspectives :
– Diffuser au plan national des outils-supports efficaces et efficients pour optimiser la prise en charge médicamenteuse des résidents âgés d’EHPAD ;
– Faire des préconisations pour la relation MCO-MT et le rôle du MCO ;

Equipes du projet

Coordonnateur : MICHEL Philippe

N° ORCID : 0000-0001-8455-8332

Structure administrative de rattachement : Université Claude Bernard Lyon 1 Hospices Civils de Lyon

Laboratoire ou équipe : Laboratoire Health Services and Performance Research (HESPER EA 7425)


Autres équipes participantes :

Responsable 2 : JEANDEL Claude
Centre Antonin Balmès, CHU de Montpellier


Responsable 3 : CASTEL Patrick
Centre de Sociologie des Organisations (Sciences Po, CNRS, UMR7116)


Vous êtes porteur/membre du projet et vous souhaitez faire une mise à jour ?

Dites-le nous !



    INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER