Handicap et perte d’autonomie chez les personnes sans domicile : exploitation secondaire des données de l’enquête HYTPEAC

Résumé de soumission

Contexte : Les personnes sans domicile personnel souffrent beaucoup plus souvent et plus précocement de pathologies chroniques « invalidantes » que celles ayant un logement. Les situations de handicap liées à des problèmes de santé physique ont pourtant été peu explorées dans cette population, alors que celle-ci rencontre sans doute plus de difficultés d’accès aux droits à compensation et à des hébergements et services adaptés.
L’Observatoire du Samu social de Paris a réalisé en 2011 (recherche HYTPEAC) deux enquêtes transversales auprès d’échantillons aléatoires de personnes sans domicile, l’une dans des centres d’hébergement franciliens, selon la méthode retenue par l’INSEE pour ses enquêtes auprès des personnes sans domicile, et l’autre dans l’espace public parisien, grâce à un tirage aléatoire parmi 52 zones géographiques préalablement définies. Cette double approche a permis une identification plus exhaustive de la population concernée, et surtout d’inclure les personnes sans abri les plus éloignées des aides. Le questionnaire support des deux enquêtes était centré sur l’hygiène, les ectoparasitoses et affections cutanées, mais comportait également des questions sur la santé et les limitations ressenties dans les activités essentielles de la vie quotidienne. Les premiers résultats montrent que ces limitations sont fréquentes (un cas sur trois), mais ne retrouvent pas de différence significative entre les deux populations enquêtées.
Objectifs : Mieux connaître l’importance des limitations éprouvées par les personnes sans domicile dans les activités de base de la vie quotidienne, en raison de problèmes de santé physique, selon leurs caractéristiques socio-démographiques, et identifier les facteurs associés susceptibles de majorer ou d’atténuer les situations de handicap qui en découlent.
Méthodes : Exploitation secondaire des données de la recherche HYTPEAC : l’existence de limitations des activités essentielles de la vie quotidienne a été explorée à partir d’une question issue des enquêtes HID (problème physique limitant les activités quotidiennes depuis au moins 6 mois). L’importance des limitations était appréciée de façon globale. Le même type de question était posé dans l’enquête INSEE SD2012.
En cas de réponse positive, le type d’activités concernées par ces limitations était précisé : toilette, alimentation, élimination, transferts, déplacements sur le lieu de vie, manipulation d’objets. La nature du problème de santé à l’origine des limitations était également notée. Enfin l’utilisation d’une aide technique (appareillage ou prothèse) était abordée. Certaines de ces questions sont présentes dans le questionnaire Handicap Santé.
Outre les questions spécifiques à l’hygiène et aux pathologies ciblées par l’enquête, les données recueillies concernaient :
– les caractéristiques sociodémographiques (âge, sexe, pays de naissance) ;
– l’itinérance (historique du parcours de rue et date d’arrivée en France, voyages, lieux fréquentés pour dormir) ;
– la couverture et les prestations sociales ;
– la santé (maladies chroniques, addictions) et le recours aux soins.
Une exploitation secondaire a déjà été effectuée sur le non-recours à l’hébergement. Elle a permis d’identifier des personnes dormant dans l’espace public et ne recourant pas aux hébergements proposés par les centres, des personnes dormant en centres et des personnes alternant les hébergements en centres et dans les lieux non prévus pour l’habitation.
Nous proposons d’analyser les données sur le handicap, encore non exploitées : estimation des prévalences des différentes limitations d’activité et de leur cumul, selon les caractéristiques sociodémographiques des personnes, et selon le type de recours/non-recours aux hébergements tel que défini ci-dessus. Les liens entre limitations d’activité et maladies chroniques déclarées, perception d’une AAH ou d’une pension d’invalidité seront également précisés.
Perspectives : Contribuer à la mise en place de réponses adaptées aux personnes en grande précarité et en situation de handicap moteur en termes d’hébergement ou accompagnement, et alimenter la réflexion sur l’évolution des politiques publiques dans ce domaine.

Equipes du projet

Coordonnateur : RIOU Françoise (remplacée par ARNAUD Amandine)

Structure administrative de rattachement : Observatoire du Samu social

Vous êtes porteur/membre du projet et vous souhaitez faire une mise à jour ?

Dites-le nous !



    INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER