Enquête sur les connaissances, attitudes et pratiques des professionnels de soins primaires en matière de prise en charge du tabagisme chez les seniors en France (CAPZEROTABAC)

Résumé de soumission

Contexte scientifique

 

La population des personnes âgées fumeuses présentent des singularités. En France, il n’existe pour autant aucune approche populationnelle sur le sujet, voire, une omission de cette population dans les campagnes et les dispositifs de lutte contre l’épidémie du tabagisme. Or, La prévalence tabagique des seniors en France n’est pas négligeable, et les bénéfices à l’arrêt du tabac sont importants et significatifs à tous les âges de la vie, même les plus avancés. Les taux de réussite dans l’arrêt du tabac pour les seniors sont équivalents à ceux des fumeurs plus jeunes. De plus, ces derniers sont plus sensibles aux conseils des praticiens pour engager une démarche d’arrêt, conseils qui renforcent leur confiance dans leur capacité d’arrêt, prédicteur déterminant dans la réussite de l’arrêt. Le rôle des praticiens constitue un ainsi un levier privilégié dans la lutte contre le tabac chez les seniors. Les principaux obstacles à l’arrêt sont des croyances erronées sur le tabac. Celles-ci peuvent-être partagées par des praticiens, ce qui explique des résultats montrant un déficit de conseil sur l’arrêt pour des patients dont l’âge est supérieur à 65 ans.

Au vu de ce constat, un projet de recherche interventionnelle (RI) en direction des praticiens de soins primaires (médecins généralistes, infirmiers libéraux et pharmaciens d’officine) mérite d’être spécifiquement développé sur le thème de la prise en charge de la dépendance tabagique chez les sujets âgés. Cette intervention vise à conscientiser les bénéfices liés à l’arrêt du tabac à un âge avancé, déconstruire des croyances erronées, et fournir les matériaux nécessaires pour encourager ces praticiens à mettre en pratiques des techniques d’aide à l’arrêt du tabac chez cette population spécifique.
Avant d’engager une telle recherche, il est indispensable de connaitre avec plus de précisions les besoins éducationnelles de ces différentes cibles, en termes de connaissances, d’attitudes et de pratiques (CAP). En Angleterre, une telle étude a déjà été réalisée en 2015 et a montré un déficit de connaissances, responsable d’opportunité manqué en matière de conseils quant à l’arrêt. Etant donnée les importantes différences entre ce dernier pays et la France en matière de tabagisme et de lutte anti-tabac, ces résultats ne peuvent être considérés comme extrapolables au contexte Français.

 

Hypothèse(s) de recherche

 

Il existe en France, un manque de connaissances sur la thématique du tabagisme chez le sujet âgé et notamment chez les praticiens de soins primaires, ainsi que des attitudes et des pratiques qui sont moins enclins à donner des conseils pour implémenter l’arrêt. D’importantes opportunités de préventions sont inefficaces dans cette population spécifique.

 

Méthodes

 

Le projet d’amorçage présenté ici vise à réaliser une étude CAP en Île-de-France auprès de trois métiers de soins primaires : omnipraticiens et infirmiers exerçants en ambulatoire ainsi que pharmaciens d’officine. Un questionnaire ad hoc auto-administré par voie informatique sera créé avec la sollicitation d’un panel d’expert afin d’évaluer les connaissances, attitudes et pratiques de ces praticiens. Il comprendra essentiellement des question fermés (binaires, choix multiples et échelles de Lickert) donnant lieu à un score par dimension CAP. Cette enquête sera menée auprès d’un échantillon représentatif des trois professions en Île-de-France.

 

Résultats attendus

 

Dans le cadre du projet de RI décrit précédemment, cette phase d’amorçage permettra d’identifier : les besoins éducationnels des cibles de l’étude et dans laquelle des dimensions CAP feront émerger les plus grands besoins pour améliorer les pratiques ainsi que l’existence de besoins plus spécifiques selon la profession et des territoires d’expérimentations pertinents en région Francilienne.

 

Perspectives

 

Nous pensons ici que le développement d’une approche populationnelle spécifique pour les personnes âgées constituerait une approche innovante pour la lutte contre le tabac en France et qui renforcerait la politique nationale de lutte contre le tabac. Au-delà des résultats de l’enquête CAP, nous escomptons que la dynamique de ce projet, puisse faire évoluer ce champ d’action. La valorisation des résultats et la communication autour du projet d’amorçage seront un élément important de celui-ci.

Synthèse finale du projet

Productions scientifiques et communications (Liste non exhaustive)

Equipes du projet

Coordonnateur : Loïc JOSSERAN

N° ORCID : 0000-0002-9021-1818

Structure administrative de rattachement : Université de Versailles St Quentin

Laboratoire ou équipe : EA 4047 Handiresp

N° RNSR : 200615294C

Vous êtes porteur/membre du projet et vous souhaitez faire une mise à jour ?

Dites-le nous !



    INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER