De l’exploration du concept d’agentivité à sa prise en compte dans le développement des interventions éducatives

Résumé de soumission

Contexte

Les politiques de santé œuvrent au développement de réponses éducatives afin de prévenir l’apparition des maladies chroniques. Les démarches éducatives sont variées ; parmi les modèles contemporains, figurent l’éducation thérapeutique du patient, l’éducation pour la santé, et l’éducation à la santé familiale. Les stratégies éducatives actuelles font du changement de comportement individuel, l’objectif majeur des interventions. Dévoiler et rendre explicite ce qui ancre théoriquement les interventions est par ailleurs devenu depuis une dizaine d’années, un enjeu pour les professionnels et chercheurs du champ. Une dimension essentielle à décrire dans le cas des éducations en santé est le sujet bénéficiaire de l’action ; or, à notre connaissance, le vécu de l’intervention par le bénéficiaire et l’impact que l’intervention peut avoir dans son cadre de vie quotidien, sont peu explorés. Suivant la littérature récente sur les interventions complexes en santé, il semble important de mieux comprendre et d’approfondir les mécanismes d’action relevant du sujet lorsqu’il/elle est confronté/e à une intervention éducative.
L’agentivité est un concept particulièrement intéressant à mobiliser dans cette perspective : il renvoie à la possibilité pour l’individu de faire des choix et d’agir de manière plus ou moins autonome, libre et critique, mais toujours en résonance avec son monde social de référence. En santé publique, le concept est mobilisé depuis une quinzaine d’années. Dans les éducations en santé, l’agentivité renvoie à la possibilité dont disposent les sujets pour agir, par exemple s’approprier, négocier, ou résister à un message éducatif ; modifier ou garder le comportement visé ; participer ou ignorer l’intervention…

 

Objectif

A partir des connaissances actuelles en sciences sociales, en santé publique, en promotion de la santé et en sciences de l’éducation, l’objectif est d’explorer l’agentivité dans les interventions éducatives en santé et d’en identifier les manifestations concrètes.

 

Méthode

Trois axes de travail sont proposés.
1. Elaboration d’un glossaire de l’agentivité afin de répertorier les différentes significations attribuées au concept « agentivité ». Il permettra d’enrichir les définitions souvent rencontrées sans être nécessairement opérationnalisées ou formalisées dans un cadre pratique.
2. Réalisation d’études de cas basées sur trois interventions éducatives. Les études de cas reposeront sur une étude documentaire et des observations participantes afin d’explorer les manifestations de l’agentivité et de démêler les logiques réflexives du sujet participant (ou confronté) à l’action éducative.
3. Réalisation de 3 focus groupes avec des professionnels de l’éducation en santé afin d’approfondir la compréhension des logiques liées à l’agentivité à l’œuvre dans les interventions éducatives. Le glossaire de l’agentivité ainsi que le travail documenté autour des cas seront présentés et constitueront le point de départ des échanges avec les acteurs.
Un « concept mapping » structurera la démarche : il s’agit d’une approche méthodologique pertinente pour explorer et structurer un corpus de connaissances, particulièrement conseillée lorsqu’il s’agit d’articuler savoirs praticiens et savoirs scientifiques. Le travail s’organisera autour de 4 séminaires rassemblant les partenaires du projet EXPAND (5 chercheurs et 3 professionnels).

 

Perspectives

EXPAND s’inscrit dans une perspective d’amélioration des connaissances des interventions éducatives en santé. Plus spécifiquement, il contribue à la compréhension des interrelations entre déterminants individuels et sociaux, comportements de santé et environnement social, et de ce fait des déterminants de inégalités sociales de santé.
L’agentivité représente un outil conceptuel innovant, susceptible d’éclairer les logiques d’action du sujet bénéficiaire. Par une meilleure connaissance de ces logiques, la possibilité de faire de l’agentivité un levier d’amélioration des interventions éducatives pourra être envisagée.
A l’issue du contrat de définition, un programme de recherche plus ambitieux pourra être envisagé pour mettre en application et tester la portée de ces nouvelles connaissances.

Synthèse finale du projet

Equipes du projet

Coordonnateur : KIVITS Joëlle

N° ORCID : 0000-0002-2998-511X

Structure administrative de rattachement : Université de Lorraine

Laboratoire ou équipe : APEMAC EA 4360

N° RNSR : 200918432A


Autres équipes participantes :

Responsable 2 : FROLICH Katherine
Université de Montréal - Département de médecine sociale et préventive


Responsable 3 : MAURICE Aurélie
Université Paris 13 - LEPS EA 3412


Vous êtes porteur/membre du projet et vous souhaitez faire une mise à jour ?

Dites-le nous !



    INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER