L’ordre négocié de l’alcool au rugby et en escalade (ONARES)

Résumé de soumission

Fort d’une première enquête quantitative et qualitative (Le Hénaff, Bonnet, Feliu, 2019) sur les pratiques de consommation d’alcool chez les pratiquants de rugby et d’escalade, une piste prometteuse s’est imposée : les négociations dont l’alcoolisation fait l’objet dans ce cadre, à différentes échelles, entre le local et le national.

 

En se basant sur une approche par l’ordre négocié, il s’agit de réfléchir en termes de co-construction, considérant que les normes ne sont jamais imposées unilatéralement, ni constituées une fois pour toute (Strauss, 1992). Ici, ces normes apparaissent dans un équilibre particulièrement précaire, où les zones d’ombre sont nombreuses. À l’image des règles en prison (Rostaing, 2014), les normes régissant la consommation d’alcool au sein des clubs, des comités comme des fédérations nationales, en particulier vis-à-vis des publics les plus jeunes, sont marquées par le manque de clarté et de légitimité, et s’insèrent dans un ensemble d’injonctions contradictoires et de significations multiples selon les acteurs.

 

Largement sous-exploré dans la littérature, notre enquête ambitionne à comprendre les contraintes des dirigeants et éducateurs à l’égard de la consommation d’alcool, en faisant l’hypothèse que les liens entre les fédérations (de rugby et d’escalade) et les alcooliers ont une influence. Si ces acteurs apparaissent démunis, ils ont pourtant un rôle central dans la possible réduction des usages à risques (Rowland et al., 2015). Ces pistes de recherche semblent d’autant plus pertinentes que les travaux sont rares dans ce cadre, et que les normes transmises par les administrateurs des clubs ont un poids déterminant (Thompson et al., 2017).

 

Trois hypothèses viendront cadrer cette recherche. La première est que les contextes, locaux et structuraux, influencent les postures des dirigeants et éducateurs, qui seraient alors largement contrastés. La deuxième hypothèse est que, loin d’être évidentes, ces postures s’inscrivent comme le résultat d’un ensemble d’injonctions contradictoires. La troisième porte sur l’intervention visant à modifier les normes en place : nous supposons que celle-ci ne peut se faire que dans un contexte particulier, par des individus aux caractéristiques particulières.

 

Profitant d’entrée sur le terrain construite de longue date, nos matériaux seront principalement issus d’entretiens, avec des dirigeant (aux différentes échelles, de club à fédéral), des entraîneurs, mais également des responsables et anciens responsables du service communication et relation clientèle de l’industrie alcoolière.

Equipes du projet

Coordonnateur : LE HENAFF Yannick

N° ORCID : 0000-0002-9942-6081

Structure administrative de rattachement : Université de Rouen

Laboratoire ou équipe : DYSOLAB, EA 7476

N° RNSR : 201722542H

Vous êtes porteur/membre du projet et vous souhaitez faire une mise à jour ?

Dites-le nous !



    INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER