Accompagnement à l’utilisation de la cigarette électronique dans le sevrage tabagique des patients atteints de troubles psychiatriques : étude qualitative multicentrique et étude de faisabilité

Résumé de soumission

Contexte scientifique

 

La France est le pays de l’union européenne où la cigarette électronique (ou e-cigarette) est le plus largement utilisée. Pour autant, si le tabagisme diminue en population générale, les personnes les plus dépendantes au tabac et celles souffrant de pathologies psychiatriques continuent à fumer. Ces dernières ont une espérance de vie réduite comparativement aux fumeurs sans trouble psychiatrique (25 ans versus 10 ans), présentent plus de difficultés à arrêter de fumer et des taux de rechute avec les traitements de sevrage tabagique conventionnels plus importants. Peu d’étude – aucune en France – ne s’est intéressée à l’utilisation de l’e-cigarette chez ces patients. Les premiers résultats sont encourageants, montrent une bonne acceptabilité et un arrêt/diminution de la consommation de tabac à 6 mois, mais sont issus d’analyses en sous-groupe ou d’études de faible effectifs.

Au regard du problème majeur de santé publique que constitue le tabagisme et des difficultés de sevrage rencontrées par les patients présentant des troubles psychiatriques, nous souhaitons étudier l’intérêt de l’e-cigarette comme dispositif d’aide au sevrage chez ces patients par la construction et la mise en place d’un programme d’accompagnement. La prise en compte des représentations et attitudes des personnes concernées (patients – professionnels – aidants) et l’étude de la faisabilité de l’intervention sont 2 préalables à la mise en place d’un essai contrôlé randomisé visant à évaluer l’efficacité d’un programme d’accompagnement à l’utilisation de l’e-cigarette, comparativement à d’autres dispositifs médicaux.

 

Objectifs

 

1. Définir, à partir des données issues de focus groupe/d’entretiens, un programme d’accompagnement pour l’utilisation de l’e-cigarette auprès de personnes souffrant de troubles psychiatriques, leurs aidants et les professionnels de santé, dans le but d’une réduction puis d’arrêt du tabac.

 

2. Évaluer la faisabilité d’une recherche interventionnelle quantitative.

 

Hypothèse(s) de recherche

 

Les personnes souffrant de troubles psychiatriques et présentant une dépendance sévère au tabac pourraient être plus à même d’adhérer à un programme d’arrêt du tabac spécifiquement construit à leur intention.

 

Méthodes

 

1. Une étude qualitative/observationnelle descriptive des représentations croisées patients/soignants/aidants de l’e-cigarette en psychiatrie ambulatoire sera réalisée via des focus groupe et/ou entretiens auprès de 30 patients, 20 professionnels de santé et 10 aidants des patients non autonomes. Ces focus documenteront les usages de l’e-cigarette et les postures des patients (objectifs et attentes, motivations et freins à l’usage, besoins d’informations sur le fonctionnement du matériel) et leurs trajectoires de consommation passée. En parallèle, nous questionnerons les professionnels chargés de leur accompagnement et les aidants sur leurs connaissances, attitudes, postures et besoins d’informations sur le fonctionnement de l’e-cigarette.

 

2. Une étude pilote de faisabilité/interventionnelle prospective multicentrique de l’utilisation de l’e-cigarette avec accompagnement dans un objectif de sevrage tabagique chez les patients suivis en psychiatrie ambulatoire sera engagée dans les centres volontaires dès l’achèvement de la construction du programme pour 30 patients. Les participants éligibles seront invités à utiliser une e-cigarette et seront suivis pendant 12 mois : 1 visite d’inclusion et 5 visites de suivi (semaines 2, 4, 8, 12 et 24). Les paramètres étudiés concerneront principalement les critères de faisabilité (HAS 2013) : détermination logistique (lieux de déroulement du programme, besoin en temps/personnel, modalités de formation des personnels au programme), détermination de la mesure de l’efficacité clinique (arrêt et diminution de la consommation tabagique), risques éventuels liés.

 

Résultats attendus en termes de santé publique

 

1. L’étude qualitative permettra de produire les connaissances nécessaires à l’élaboration d’un programme de soins spécifiquement conçu à l’intention des fumeurs souffrant de troubles psychiatriques. La connaissance de leurs besoins spécifiques, de leurs motivations et des freins à l’usage permettra de développer un programme au plus proche de leurs attentes. La connaissance des postures des soignants à l’égard de l’e-cigarette nous renseignera sur leurs besoins en termes d’acculturation et d’information sur son fonctionnement. Les freins relevés pourront aussi être plus facilement levés afin d’obtenir une implication optimale lors du déploiement du programme.

 

2. L’étude de faisabilité permettra de tester la délivrance de l’e-cigarette dans le cadre d’un sevrage tabagique de patients souffrant de troubles psychiatriques et de réaliser les réajustements nécessaires avant de déployer le programme à plus grande échelle.

 

Perspectives

 

Les données recueillies permettront de calibrer un essai interventionnel multicentrique d’efficacité visant à comparer un sevrage tabagique avec l’e-cigarette versus d’autres dispositifs médicaux.

Equipes du projet

Coordonnateur : TROJAK Benoit

N° ORCID : 0000-0002-3315-882X

Structure administrative de rattachement : Université de Bourgogne-Franche-Comté, UFR des sciences de santé

Laboratoire ou équipe : Service Hospitalo-Universitaire d’Addictologie, CHU de Dijon


Autres équipes participantes :

Responsable 2 : PETEUIL
Instance Régionale d’éducation et de promotion de la santé (IREPS BFC)


Responsable 3 : SOUDRY-FAURE Agnès
Unité de Soutien Méthodologique à la Recherche (USMR), DRCI, CHU de Dijon Bourgogne


Vous êtes porteur/membre du projet et vous souhaitez faire une mise à jour ?

Dites-le nous !



    INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER